Du potager à la planète !

Et voilà ! Pour ceux qui n’auraient pas tout suivi, me voici embarquée dans une nouvelle aventure, ou plutôt une forme de retour aux sources : depuis le 9 mai, après un petit remplacement cet hiver, je travaille trois jours* par semaine dans le Trièves, pour Terre vivante, en tant que rédactrice en chef adjointe des 4 Saisons du jardin bio.

Je retrouve le milieu – et quelques têtes connues du temps de Glénat presse – de l’univers de la presse, qui continue à me faire vibrer, et un domaine en phase avec mes racines et le sens que je donne à ma vie : le jardin, la terre/Terre et le monde de demain.

En kiosque jusqu’à la fin du mois, ce numéro vous fait découvrir les haricots grimpants, à guider avec imagination et créativité sur des structures dans son jardin ; et aussi le travail passionnant de sauvegarde de graines mené par Nikolaï Vavilov.

4 Saisons du jardin bio mai-juin17.jpg

En attendant le N° suivant, tout prêt !

*et le reste du temps est dédié au journal créatif !

Publicités

En mai, fais ce qu’il te…

Et voilà, on fait abstraction des saisons qui se bousculent et chamboulent les repères – 2 mai, la neige n’est pas très loin -, mais aussi de l’actualité politique et autres signes des temps plus personnels. En mai, fais ce qu’il te plaît, et pourquoi pas, tiens ? Professionnellement, ma double activité journaliste-rédactrice et animatrice en journal créatif se précise : 

  • En cours : rédaction pour le numéro d’été d’Isère magazine, et reprise dès mercredi 3 mai de l’atelier de journal créatif à la MJC de Crolles… pour « créer la vie qui nous ressemble ».

IMG_6036_2_2oneresistepas

  • A venir :
    • côté journal créatif : vous aussi, vous pouvez venir re-découvrir !
      • La semaine du 15 au 19 mai, la MJC sera en fête et ouvrira ses portes lors des ateliers. Je propose un thème découverte (ouvert à tous) le mercredi 17, de 9h30 à 11h30 ; et un atelier éveil des sens le vendredi 19 de 10h à 11h30 avec la papothèque.
      • Le mercredi 17 mai après-midi, j’animerai un atelier pour des enfants de 7 à 12 ans, dans le cadre du Labo mobile du Labo des histoires, en partenariat avec le festival du premier roman à Chambéry et la Ligue de l’Enseignement de Savoie. Pour plonger dans l’univers fantastique des mots.
      • Dès le mercredi 7 juin, reprise de l’atelier mensuel du mercredi soirée chez Kedreos, de 18h à 20h30. Tous les premiers mercredis du mois, pour se détendre, explorer son corps, ses envies, ses projets, en jouant avec les mots et les couleurs.
    • côté presse : bientôt une info…

Découvrir Paysage-Paysages

Paysage-paysages : côté cour et côté coulisses ! J’ai eu la chance de rédiger des articles sur cet événement pour le numéro spécial d’Isère mag’ qui lui a été consacré (diffusé depuis le 15 septembre), et pour Le Mag’, journal des agents du Département. De quoi être franchement emballée par le projet (voir les liens ci-dessous).

  • Une contribution très sympathique au numéro spécial d’Isère mag’ dédié à Paysage-Paysages, avec de belles rencontres :

la paysagiste Ingrid Saumur qui va cartographier les berges de l’Isère « à sa manière » (à voir à la Maison de l’architecture), Yann de Fareins, qui a photographié l’Isère à la limite (à voir au musée de l’Ancien Evêché), Anne-Laure Amilhat, directrice du laboratoire Pacte, le philosophe Daniel Bougnoux…

impaysage-paysages

Un numéro d’Isère mag’ à télécharger et lire mais surtout un événement à découvrir : c’est un programme majestueux pour redécouvrir le département qui est proposé du 15 septembre au 15 décembre ! télécharger Isère Mag’ spécial

  • Un éclairage sur l’implication des services et agents du Département de l’Isère, pour un véritable projet transversal et mobilisateur : au-delà du dossier rédigé pour le journal interne, trois témoignages recueillis en texte et vidéos pour une diffusion sur l’intranet. Un événement énergisant !

Pour suivre le programme des animations : http://www.paysage-paysages.fr/

 

Défi des mots

“Ecrivez un conte ou une nouvelle à partir de 3 mots… ”

Je réponds au défi. Faites vos propositions ! Les premiers à jouer recevront leur texte en cadeau perso… pour Noël ?

Et les autres attendront la parution de l’ouvrage qui en naîtra.

Y a -t-il des joueurs ?

Quant aux plumes, elles peuvent elles aussi participer au défi si elles le souhaitent ! Faites signe… je vous trouverai 3 mots, non mais !

Contes, le retour

Au pastel, France. Et une « commande” pour moi  : “Tu écrirais des contes pour accompagner les tableaux que nous préparons dans mon atelier ?”

Le projet partagé remonte à plus d’un an… Le remettre en lumière est l’occasion de relancer l’idée… et la course de la plume.

France, quand tu veux…

Voici donc Le vieil homme et le vénérable arbre, inspiré librement du tableau au pastel « Face à face”.

Le vieil homme et le vénérable arbre

Dis-moi, comment trouver le chemin de la raison ? J’ai traversé toutes les mers, dépassé tous les obstacles, rencontré ces hommes qui vivent sur les terres les plus arides… J’ai vu ceux qui ployaient le dos sous les coups, ceux qui baissaient le regard sous l’humiliation, ceux qui jubilaient d’avoir gagné, ceux qui ricanaient d’avoir vaincu.

Mes pieds ont ressenti tous les gravillons de la Terre, mes mains en ont serré d’autres, mes yeux ne peuvent plus que reproduire des images. Mon cœur a tant vibré qu’il va bientôt s’arrêter. Mais je cherche encore…

Ainsi parlait Séraphin, l’ancien savetier des Baronnies.

Alors le chêne vénérable, qui avait vu bien plus encore, depuis mille ans qu’il poussait ses branches vers le ciel, à la recherche de la lumière éternelle, lui fit cette proposition étonnante.

Entre, entre donc, faufile-toi à l’intérieur de mon tronc. Viens lire toutes ces histoires que j’ai capturées, écouter les cris des chevaliers, les rires des troubadours, les soupirs des amoureux. Ce n’est peut-être pas une réponse que tu trouveras. Mais des dizaines et des centaines. Car chaque histoire, chaque petit être qui creuse son sillon sur cette Terre et prend sa place, détient un bout de la vérité.

A chacun de trouver la sienne.

Alors Séraphin posa son bâton, s’enfonça dans l’enchevêtrement de racines et s’assit au cœur de l’arbre. À la lumière.

À ce jour, il n’est point reparu encore.

Il se raconte dans la région que toutes ces pensées et ces penseurs sont autant d’années de plus à vivre pour ce chêne vénérable.

Oh my God !

Il est des situations où les mots sont bien trop pauvres pour décrire la force d’une émotion. Cet été, bouche bée devant la magie de Bryce Canyon, dans l’Ouest américain, nous avons souri en entendant la gamme de “Oh, my God” prononcés sur tous les tons. Nous avons bien cherché… mais pas trouvé d’équivalent français.

Sommes-nous moins sensibles… ou tout simplement plus pudiques ?

Qu’auriez-vous dit, vous ?

La magie du conte

Lorsque mon amie France, l’artiste du pastel, m’a proposé d’écrire des contes pour accompagner l’exposition de tableaux qu’elle préparait sur le même thème, j’ai dit oui… A la fois intriguée et tentée par cette nouvelle aventure, presque un défi !

Voici le résultat… Au pastel, “Face à face”, par France

http://pastelissimo.over-blog.com/…  J’aime les sentiments, les couleurs et le cœur qu’elle glisse sur la toile.

Et sous ma plume, “Le vieil homme et l’arbre vénérable” !

conte-face-a-face

Dis-moi, comment trouver le chemin de la raison ? J’ai traversé toutes les mers, dépassé tous les obstacles, rencontré ces hommes qui vivent sur les terres les plus arides… J’ai vu ceux qui ployaient le dos sous les coups, ceux qui baissaient le regard sous l’humiliation, ceux qui jubilaient d’avoir gagné, ceux qui ricanaient d’avoir vaincu. Mes pieds ont ressenti tous les gravillons de la Terre, mes mains en ont serré d’autres, mes yeux ne peuvent plus que reproduire des images. Mon cœur a tant vibré qu’il va bientôt s’arrêter. Mais je cherche encore…

Ainsi parlait Séraphin, l’ancien savetier des Baronnies.

Alors le chêne vénérable, qui avait vu bien plus encore, depuis mille ans qu’il poussait ses branches vers le ciel, à la recherche de la lumière éternelle, lui fit cette proposition étonnante.

Entre, entre donc, faufile-toi à l’intérieur de mon tronc. Viens lire toutes ces histoires que j’ai capturées, écouter les cris des chevaliers, les rires des troubadours, les soupirs des amoureux. Ce n’est peut-être pas une réponse que tu trouveras. Mais des dizaines et des centaines. Car chaque histoire, chaque petit être qui creuse son sillon sur cette Terre et prend sa place, détient un bout de la vérité.

A chacun de trouver la sienne.

Alors Séraphin posa son bâton, s’enfonça dans l’enchevêtrement de racines et s’assit au cœur de l’arbre. À la lumière.

À ce jour, il n’est point reparu encore.

Il se raconte dans la région que toutes ces pensées et ces penseurs sont autant d’années de plus à vivre pour ce chêne vénérable.